Playlist en 9 extraits

pour mieux entendre Le Nain


une sélection proposée et commentée par
Jean-Luc Plouvier,
directeur artistique d’Ictus ensemble

 


DER ZWERG [LE NAIN]
ALEXANDER ZEMLINSKY (1871-1942)

Opéra (1922) extraits

Entrée


Commençons d’emblée par les présentations, avec la scène de l’entrée du Nain, que le Chambellan introduit à la Cour après le déballage des autres cadeaux (si l’on ose dire). La déchirante mélodie de cor anglais assignée au personnage est suivie (à 0:30) de la ritournelle dite du « Monstrueux », thème grotesque et plutôt dissonant. Vers 1 minute : choeur des femmes — partout, partout des voix de femmes vives et moqueuses (pour rappel : la distribution du Nain se compose de deux hommes et de treize femmes). « Voyez cette démarche noble ! Ces regards langoureux ! Oh, le merveilleux homme ! »

Rêverie


Dans une couleur un peu mahlérienne, longue rêverie du Nain, douce et inquiète, après qu’il a reçu une rose blanche de l’Infante : « Dois-je craindre un piège ? [... ] Mais que le soir est beau. Je descendrai avec elle au jardin, vers les buissons en fleurs ... ».

 
Révélation


Le Nain face à son reflet, et son cri de terreur.

 
Dénouement


Scène finale. La camériste favorite : « Quel dommage, un si joli jouet ... ».
Mort du Nain, tandis que la fête continue...
Ultimes espagnolades, pulvérisées par un accord conclusif à glacer les sangs.



UN AUTRE « NAIN »

FRANZ SHREKER (1878-1934)
DER GEBURTSTAG DER INFANTIN (1908/1923)

Ausdrucktanz, Suite pour orchestre


C’était dans l’air : quatorze ans avant Le Nain, la cruelle nouvelle d’Oscar Wilde avait déjà servi d’argument de ballet à Franz Schreker, star de la « Neue Musik » austro-allemande (on lui devra, un peu plus tard, le célébrissime opéra « Der ferne Klang »). Tout comme Zemlinsky, Schreker s’amuse ici à évoquer la cour d’Espagne par des fanfares néo-classiques aux harmonies modernistes bien salées.



ALEXANDER ZEMLINSKY (1871-1942)

LYRISCHE SYMPHONIE [LA SYMPHONIE LYRIQUE](1923)


Une autre grande œuvre de Zemlinsky à découvrir : la très viennoise « Symphonie Lyrique », écrite à la suite du Nain sur des poèmes de Rabidranath Tagore. Son élève et ami Alban Berg s’inspirera de son titre et citera l’un de ses thèmes dans sa « Suite Lyrique » pour quatuor à cordes.

ZEMLINSKI CHAMBRISTE : SECOND QUATUOR (1914)


Autre joyau zemlinskien : le deuxième Quatuor à cordes, 1914.
Ici, la partie « Andante » du premier mouvement.

DER KREIDEKREIS [LE CERCLE DE CRAIE»
opéra (1931/1932)


Dernier opéra de Zemlinsky, dix ans plus tard : « Der Kreidekreis », le Cercle de Craie. Voix parlées, jazz, atmosphères de night club : volontiers éclectique, le compositeur approche ici une esthétique moins sentimentale et plus ironique, plus « berlinoise » en somme, qui n’est pas sans évoquer la Neue Sachlichkeit (nouvelle objectivité) d’un Kurt Weill.



MATHIAS VIDAL

Ténor, interprète du Nain
CLAUDIO MONTEVERDI (1567-1643)
L’INCORONAZIONE DI POPEA [Le Couronnement de Poppée]
Opéra (1645)


Très loin de Zemlinsky, mais au plus près des passions violentes et inavouables charriées par l’opéra depuis sa naissance, régalons-nous quelques minutes de la voix de Mathias Vidal (notre « Nain ») ! Extrait du « Couronnement de Poppée » de Monteverdi sous la direction de Leonardo García Alarcón, voici un valeureux duo de ténors, se réjouissant à grand bruit de la mort des autres (en l’occurence, du philosophe Sénèque). Emiliano Gonzales-Toro (Nerone) attaque le duo, Mathias Vidal (Lucano) le rejoint vers 0:14.

 

Playlist en 9 extraits - Première Loge - Opéra de Lille Playlist en 9 extraits - Première Loge - Opéra de Lille /premiere-loge/le-nain/playlist/ /premiere-loge/fichier/s_rubrique/183/logo_loge_grand.ln.png